Un amour au delà des frontières !!!

En plus des articles sur la mode, la bienséance, les soins personnels et le style de vie, je veux commencer à vous raconter d’autres histoires … des histoires d’amour vraiment spéciales qui m’ont particulièrement touché. Ce sont des histoires vraies, où j’ai personnellement rencontré les protagonistes. Les noms sont fictifs pour garantir leur anonymat … et protéger les enfants.

Voici l’histoire de Marco et Irene.

« As-tu chargé le cage du chien? », demanda Irene alors qu’elle rangeait les derniers vêtements dans la valise.

« Bien sûr chérie, comment pourrais-je oublier? J’ai également chargé dix paquets de croquettes qui devraient suffire pour près de deux mois de séjour en Hongrie », répondit Marco, fier comme un paon.

Ils prirent deux valises et une autre avec tous les vêtements destinés à leurs enfants futurs. Dans une boîte, ils mirent les médicaments et tout ce qui pouvait servir de première nécessité … le tout en quantité supérieure pour pouvoir en laisser à l’orphelinat où ils allaient : couches, crèmes hydratantes, crèmes anti-rougeurs, dentifrices, brosses à dents, nettoyants pour le corps, lingettes, vitamines et tout ce qui est considéré comme utile pour les enfants et les jeunes.

Marco fit le plein de carburant la nuit précédente, pour pouvoir utiliser les points qu’il avait encore chez Shell, mais surtout pour être prêt au petit matin pour prendre la route directement. Devant eux, un peu plus de 1000 km, presque 10 heures de trajet sans tenir compte des arrêts. Rien comparé au bonheur qu’ils ressentaient et à l’amour qu’ils avaient à donner. Ce voyage était celui qui menait au bonheur espéré.

Schermata 2019-03-20 alle 17.19.59Le lendemain, à 6 heures du matin, Marco, Irene et Fufi, le petit chien, partirent pour Budapest en Hongrie à bord d’un Multipla vert métallisé.

C’était une belle journée de printemps, le grand soleil les accompagna dans leur aventure.

Schermata 2019-03-20 alle 17.22.11Quelques kilomètres après la frontière, ils s’arrêtèrent dans un autogrill près de Postumia, en Slovénie, et plus précisément dans la ville de Stara Vas. Tandis que Marco préparait les croquettes pour le chien, Irene essayait de préparer deux sandwichs avec du pain toscan et du jambon de Parme.

Le soir, ils arrivèrent dans l’appartement, au 25 d’Akadémia Utca, pas loin du Danube et du métro Kossuth Lajos Ter. Le rendez-vous avec le Dr Kovacs, assistant du directeur de l’orphelinat, était prévu à 10 heures le lendemain.

Irene avait 28 ans. Belle fille aux cheveux noirs et bouclés, elle travaillait comme secrétaire dans une entreprise familiale de la province de Sienne. Elle rencontra Marco lors de la fête de sainte Catherine de Sienne dans la Contrada de l’Oie. Marco, un beau garçon de 33 ans, avait toujours participé bénévolement à la réalisation de ce festival traditionnel de la Contrada. Il était mécanicien de métier et travaillait dans un atelier de la zone industrielle de la ville.

Après un échange de regards, Marco lui offrit un verre de vin Chianti et Cupidon fit le reste.

Dès les premiers instants, ce fut un amour très intense, vécu tous les jours pendant 5 ans et, le 8 mai 2005, dans la cathédrale de Pienza, ils réalisèrent leur rêve de mariage.

Schermata 2019-03-20 alle 17.19.09Depuis son enfance, Irene avait toujours eu le désir de créer une famille nombreuse, un désir qui grandissait après le mariage. Le désir de transmettre leur amour à un enfant a toujours été présent et le désir de devenir parents a grandi avec le temps. Malheureusement, après des mois et des mois de tentatives, la grossesse tant désirée n’est jamais arrivée.

L’incapacité de raliser un rêve, le désir de toute une vie, a provoqué des sentiments d’anxiété, de culpabilité, d’isolement, de perte d’intérêt, de difficulté de concentration, de pensées négatives, de difficultés à dormir et de changement des habitudes alimentaires et sexuelles. Même l’intimité a perdu sa signification, chaque relation sexuelle était un rendez-vous programmé, mécanique et anxieux, visant uniquement à procréer jusqu’à en devenir une obsession.

Larmes et colère … déception et tristesse.

Un sentiment difus de non-acceptation, d’insuffisance accablante avait enveloppé le couple. Ainsi avait commencé une sorte d’isolement inconscient, préférant la fréquentation de couples semblables à eux, sans enfants, même s’ils avaient d’autres intérêts…

Irene, ces derniers temps, avait exclu Marco de la routine des visites médicales, qu’elle vivait désormais comme un fardeau à gérer seule.

Tout ce bagage d’amertume avait amené le couple à consulter un médecin spécialiste pour procéder à des analyses plus approfondies. Une série d’examens d’enquêtes s’était succédée jusqu’au verdict triste et tranchant: « Vous êtes un couple fantastique, mais malheureusement la cigogne aura du mal à trouver votre maison! »

Les projets et les rêves construits dans le passé semblaient s’effondrer et disparaître. Le couple était mis à l’épreuve, le but qu’ils voulaient atteindre était le rôle de parents, mais  l’impossibilité de le devenir était devenue sa croix.

Et ainsi, après de longues discussions ils sont parvenus ensemble à la décision evidente d’adopter un enfant.

Ils se sont tournés vers le Trubunal de la ville pour demander le formulaire de « déclaration de préparation à l’adoption internationale » le complétant et enet y joignant tous les documents demandés. Pendant plusieurs mois, les assistants sociaux des autorités locales ont procédé à des contrôles et à des évaluations afin de vérifier leur adéquation et les ont finalement informés des conditions de vie du pays d’origine des enfants en général.

Après un premier appel du Tribunal, le décret d’aptitude leur fut délivré. Ils se sont rendus auprès de l’organisme habilité, préalablement communiqué par le Tribunal. Une série de réunions avec des psychologues et des travailleurs sociaux ont ensuite eu lieu dans le but de préparer les futurs parents adoptifs. Les craintes concernant l’âge, l’apparence, le style de vie, etc. ne manquaient pas. Tout semblait être un obstacle, un problème, une contrainte. Ils ont dû travailler sur eux-même et s’engager, définir et limiter leurs attentes, sachant qu’il n’y a pas d’enfant sans passé.

– « Irene? Je suis le Dr Colizzi  »

– « Oh bonjour Docteur » répondit Irène.

– « Je voulais vous dire que nous avons examiné tous les documents et que nous serions en mesure de vous faire une proposition d’enfant que nous considérons comme idéale pour votre couple », ajouta le docteur.

Marco, voyant la réaction d’Irène dans ses yeux, la rejoignit, la prenant dans ses bras et lui prenant le combiné.

– « Vous pouvez passer aussi demain, je serai au bureau toute la matinée, est-ce que ça ira avant 10h ? », suggéra le médecin.

– « Très bien Dr. Colizzi, parfait, à demain! », répondit Marco.

– « Merci beaucoup, docteur! « , conclurent Irene et Marco.

Le lendemain au bureau du Dr Colizzi:

– «Le nom de l’enfant est Igor, il a 6 ans et vit dans un orphelinat depuis 3 ans avec ses frères jumeaux âgés de 3 ans. Ils provienent tous d’une famille très problématique qui, outre une éducation médiocre, était dans un état précaire, à la fois économique et social. Ils sont très unis et les jumeaux ne pourraient pas faire face à un autre arrachement, pour cette raison, je propose une triple adoption ».

Irene et Marco se regardèrent et Marco exhorta:

– « Là où il y a manger pour un, il y en a aussi pour trois ».

Les yeux d’Irène, gonflés par les larmes, se remplirent de joie et elle se jeta dans les bras de Marco.

– « Je comprends donc que je peux continuer! », dit le Dr Colizzi.

-« Je n’ai besoin que de deux jours pour préparer les papiers. Ensuite, vous pouvez vous organiser pour aller à Budapest et rencontrer les enfants », conclut le docteur

– « Comme vous le savez peut-être, la procédure dure entre 40 et 45 jours : quelques jours pour visiter l’établissement où les enfants séjournent et 30 jours pour rester avec eux, afin de vous permettre de mieux vous connaître », a déclaré le médecin.

La journée avait mal commencé… mais avec cette merveilleuse nouvelle, ce rayon de soleil a réchauffé le cœur de Marco et d’Irène.

Bien sûr … vouloir adopter un enfant et s’en voir proposer trois créa une explosion de sentiments dans le couple : joie, oui … attente, mais aussi … définitivement, peur et anxiété.

Schermata 2019-03-20 alle 17.37.54

Le lendemain de leur arrivée à Budapest, ils se sont présentés, comme convenu, au bureau où ils ont rencontré le Dr Kovacs. Après avoir signé les documents, ils se sont rendus à l’orphelinat, accompagnés de la directrice.

– « Permettez-moi de me présenter, je suis le Dr Boldog, directrice de l’Institut, je parle assez bien l’italien », a déclaré la directrice.

– « Venez, allons voir les enfants! « , continua la directrice.

Schermata 2019-03-20 alle 17.31.41En arrivant devant une grande porte en bois massif, la directrice entra. Trente enfants âgés de 2 à 14 ans étaient assis par terre … dispersés dans l’immense salle froide.

– « Igor! » cria la directrice.

Un enfant blond et pâle s’avança d’un pas ferme.

– « Itt vagyok, igazgató asszony! » (Me voici, Madame la directrice !).

– « Ezek az uraim, amiről beszéltem! » (Ce sont les parents dont je te parlais), répondit la directrice.

-« Bonjour. Je m’appelle Igor « , dit l’enfant avec un accent marqué et fier. Sachant l’arrivée de parents italiens, il avait appris quelques phrases élémentaires.

Schermata 2019-03-20 alle 17.14.29

Derrière un vieux fauteuil aux accoudoirs délavés par le temps, deux gamins avancèrent et s’accrochèrent à la ceinture d’Igor.

-” Igen, itt az ideje enni! Menj mossa meg a kezét! Ott leszek! (Oui, il est temps de manger, allez vous laver les mains! J’arrive de suite!), dit Igor aux  jumeaux Ana et Gabor, en leur caressant le visage.

– ”El tudok menni, igazgató? Segítem nekik enni « (Puis-je partir maintenant, Madame la directrice? Je dois les aider à manger).

-“Nem, Igor. Most gondoskodunk róla!” (Non, Igor. Maintenant nous allons nous en occuper!)

En voyant les larmes couler, du bonheur, des yeux d’Igor, le cœur d’Irène et de Marco se réchauffant, ils ne réussirent même pas à se retenir et s’embrassèrent en pleurant.

Le directeur et le docteur furent également émus.

– « Dans les jours prochains, je vais vous montrer la structure dans laquelle vivent les enfants! », déclara la drirectrice. « Ensuite, comme vous le savez, vous passerez presque un mois avec les enfants ici à Budapest pour que vous vous connaissiez »

– « Bien sûr que nous savons, » dirent Marco et Irene, en se serrant l’un dans l’autre.

– « Ok, suivez-moi, je vais vous faire la visite ».

Les jours suivants, ce fut un carrousel continu d’émotions pour la nouvelle famille composée de 5 éléments, plus un petit chien. Même Fufi était très satisfait de l’arrivée des nouveaux « patrons ». Ils visitèrent la ville de Budapest et certains endroits à proximité. Ils passèrent quelques jours au lac Balaton. C’était la première fois que les enfants voyaient un lac. Les journées étaient remplies de moments affectueux et amusants, surtout quand ils essayaient de faire parler les nouveaux parents en hongrois, une langue totalement incompréhensible pour eux.

Une quarantaine de jours après l’arrivée en terre magyare et après avoir obtenu tous les documents nécessaires, il partirent pour l’Italie.

Ce jour-là, après avoir fermé l’appartement et laissé les clés au concierge … Marco, Irène et Fufi se rendirent à l’orphelinat, où les trois petits frères et soeur Igor, Gabor et Ana, habillés comme pour une cérémonie, étaient prêts pour le long voyage vers leur nouvelle vie. .

« Prêts ? Allons-y!”, cria Marco en levant le poing en l’air.

« Mama papa, moi maman de Fufi, oui oui? » Ana a demandé, satisfaite.

« Et moi, papa, oui? » cria Gabor.

Aujourd’hui, Igor a 16 ans et les jumeaux Ana et Gabor 13. Avec leurs nouveaux parents depuis 10 ans, ils sont heureux et totalement intégrés dans la  réalité italienne, sans nier leur origine ou leur langue maternelle … leur histoire autant difficile qu’elle est, elle reste cependant indélébile.

Cette histoire m’a particulièrement touché pour sa particularité. L’intention d’adopter un enfant puis de l’accepter, mais trois… quel acte de générosité unique, quel courage et quelle force, alors… sans tenir compte de toutes les difficultés à surmonter. Un acte d’amour d’une grandeur sans limites, un geste et un projet de vie commune offrent une nouvelle possibilité d’être des enfants bien-aimés … sans conditions, sans contraintes. La preuve d’un amour vraiment sans frontieres !!!

Schermata 2019-03-20 alle 15.15.30

Qu'en penses-tu?