Le bonheur est comme un papillon

En ces jours de confinement, où les médias nous présentent sans arrêt la situation dramatique dans laquelle nous nous retrouvons en ce moment, je voudrais plutôt parler de « bonheur« .

À cet propos, je contacte mon cher ami Alessandro Bigarelli via Skype et je m’engage dans une conversation intéressante avec lui.

– Drrrrr … drrrr.

– Alessandro bonjour! Comment vas tu? Une question, celle-ci, qui surtout en ce moment acquiert une valeur exponentielle!

– Et le voilà!!! Salut Pier! Je suis content de te voir !

– (… connexion WIFI lente … veuillez patienter ..)

– Je te sens parfois …

– Attends je m’arrête ! Il y a certainement plus de réseau ici ! C’est normal entre autres dans cette période d’isolement total, le réseau est encombré

– Ok maintenant j’entends bien ! Je t’ai donc appelé pour avoir de tes nouvelles et pour aborder avec toi un argument assez connu : le bonheur.

– Sujet très intéressant ! Attends, je me mets à l’aise parce que ça a l’air de durer longtemps.

– Je vais te donner le “LA” avec une belle phrase : « Le bonheur est comme un papillon : si vous le poursuivez, vous ne pouvez jamais l’attraper, mais si vous restez calme, il peut aussi reposer sur vous. »

(Nathaniel Hawthorne)

Mais qu’est-ce que le bonheur?

Que signifie se sentir heureux ?

felicità-e1462302958989Parler de bonheur, c’est un peu comme discuter du sexe des anges. Le bonheur, c’est quand il est là, c’est-à-dire que vous vous sentez heureux parce que vous êtes heureux, mais aussi parce que vous êtes submergé par le bonheur de ceux qui vous entourent. Faire du bonheur une catégorie philosophique (quelqu’un l’a essayé) ou psychologique (dans ce cas on évite le terme et on préfère parler de joie) ne mène nulle part, à l’exception du plaisir absolu pour les petites choses, pour ce qu’il donne bien-être intérieur. Bref, le bonheur dépend de conditions perçues comme positives. À un certain moment de votre vie, lorsque les conditions socio-économiques le permettent, si vous vivez dans un contexte familial et relationnel sain et épanouissant ou si vous faites de la solitude un point fort, le bonheur fait ce que vous devez, en acceptant en même temps les choses telles qu’elles sont. La grande arnaque que le bonheur apporte avec lui réside dans sa courte durée, dans son être un sentiment inconscient, car, au moment même où nous nous demandons « mais suis-je vraiment heureux ? », le bonheur nous tourne le dos et s’estompe. De cette condition paradoxale de bonheur, les trois comédiens Aldo, Giovanni et Giacomo en ont même fait le titre et le fil conducteur d’un de leurs films à succès, « Demandez-moi si je suis content ». felicita-FILEminimizerC’est une contradiction, complètement humoristique ou tragicomique. Si vous vous sentez heureux, pourquoi demander aux autres la vérité intime de cet état ? Beaucoup de réponses. Parce que nous avons peur de ne pas (jamais) être heureux, parce que nous sommes convaincus que le bonheur nous passe à côté et qu’il ne touche que les autres, parce que nous ne savons pas exactement ce que c’est vraiment le bonheur qui imprègne nos sens et notre esprit. Tout comme pour l’art trouvé et non recherché, le bonheur ne doit pas être recherché à travers des questions inutiles. Si nous nous demandons ce qu’est le bonheur ou si nous demandons à des amis, des amants, des connaissances s’ils nous voient heureux, cela signifie que nous voulons écouter et qu’on ne nous dise qu’une seule réponse, oui ou non, et nous ne sommes pas du tout intéressés par le problème et le contenu de la réponse : ici et maintenant je suis content, ou je ne suis pas content. Et dans une minute, dans une heure, demain sera une tout autre affaire.

Comment est-il perçu par les hommes et les femmes ?

keys-to-happiness-success_ori_crop_MASTER__0x0L’être humain vit la vie comme un ensemble de cycles de réussite dans lesquels les choses arrivent et prospèrent et des cycles d’échec dans lesquels tout semble se ratatiner et se désintégrer. A un certain âge, après cinquante ans peut-être, et même un peu plus loin dans le temps, on est capable de laisser aller les choses pour faire place à la naissance de nouvelles choses ou à leur transformation. En cela, les femmes sont certainement meilleures : elles savent pardonner et essayent d’abandonner leur couvaison (regrets et rancunes). Probablement des hommes aussi, mais il ne peut y avoir aucune certitude scientifique : ils sont mieux équipés pour résister à la vie. De cette façon, tant pour les hommes que pour les femmes, nous pouvons parler du bonheur comme d’un état de grâce, de sérénité, de légèreté. En d’autres termes, le bonheur d’un enfant de cinquante ans ne dépend plus du fait que les choses, les personnes et les conditions de vie doivent être d’une certaine manière et positives. Les choses, les personnes et les conditions qui sont jugées nécessaires pour notre bonheur coulent et s’écoulent en nous et hors de nous sans aucun effort de notre part, et nous nous sentons libres de les apprécier et de les apprécier aussi longtemps qu’elles durent.

832731af5d81b95ba82de72993209600_LAprès l’âge de 50 ans, nous nous permettons la toute nouvelle sérénité d’accepter les choses, nous allons à la pêche pour avoir le courage de les changer et nous nous trouvons plus sages et plus ouverts face aux différences. Pour ce faire, des qualités mentales congénitales féminines sont nécessaires. Des qualités telles que l’intégrité morale, la gentillesse, la patience et une certaine dose d’humilité. L’homologue masculin atteint plutôt le même objectif grâce à la paix intérieure. La méditation continue et correcte, par exemple, a mis en évidence dans certaines études l’augmentation de l’activité de la télomérase dans les cellules immunitaires. Étant donné que l’enzyme produite préserve la longueur du télomère, la région terminale des brins d’ADN, il est possible de déduire une durée plus longue des cellules impliquées, c’est-à-dire une durée de vie plus longue. Le bonheur, quelle que soit la définition et la conception que nous en avons, n’est-il pas l’un des éléments de la longue vie ?

happyness-squarePersonne n’a donc la recette du bonheur, qui n’a pas de sexe ou de nombre : le bonheur est une et plusieurs choses, il est féminin et masculin. Chacun doit faire face à son pèlerinage intérieur-extérieur pour l’atteindre, mais pour atteindre quoi ? Le bonheur est conquis ? Si c’est le cas, alors nous avons affaire à un processus et à un mécanisme socio-existentiel. Ou plutôt, au contraire, le bonheur doit-il être considéré comme un état et une condition qui, en tant que tels, sont destinés à disparaître lorsqu’ils sont le moins attendus ? Après tout, le seul obstacle au bonheur est la peur de la mort, c’est la peur de souffrir pour soi-même et pour ceux que nous aimons, des thèmes qui émergent avec colère et vigueur à un âge avancé ou mature, tout ce que vous voulez. Le bonheur et l’amour, une autre combinaison qui prend trop souvent des directions différentes. Mais l’amour est toujours impliqué, en effet, après 50 ans, l’être humain sent que l’amour absolu ne s’exprime que dans le calme et la tranquillité d’esprit : nous sommes nés pour socialiser et vivre heureux ensemble. Rien de nouveau sous le soleil. Les pratiques de toute théosophie orientale et les hippies des années 60 ont déjà pratiqué et prêché la compassion, la bonté de cœur et l’amour universel.

Schermata 2020-03-27 alle 00.20.29Tout est très beau. Tout cela est très impressionnant. Mais pour une femme et un homme qui ont facilement dépassés la cinquantaine, le bonheur, au final, n’est rien d’autre qu’un modèle de bien-être, résumé en quelques traits, qui ne connait pas de différence de genre :

  1. acceptation de soi en maintenant une attitude positive envers la vie
  2. désir de croissance personnelle et perception de la possibilité de pouvoir changer constamment
  3. sentiment d’autonomie et d’indépendance dans la pensée, les actions et à l’égard des pressions sociales
  4. reconnaissance et maîtrise des ressources internes et savoir comment les gérer avec compétence
  5. maintien ou début de relations satisfaisantes
  6. obtention d’un ou plusieurs objectifs de vie en se donnant des objectifs appuyés par des convictions afin de pouvoir donner un sens et une direction à son existence.

    Que vous possédiez la maturité des cinquantenaires ou que vous ayez la naïveté vierge d’une Juliette de quatorze ans, le bonheur nous vient dans le sourire et dans les yeux de ceux que nous aimons et nous brillons en conséquence de notre lumière intérieure.

Qu'en penses-tu?